Commission diocésaine sur la Mission et l’action pastorale

Durant l’été, les responsables des différentes paroisses de notre zone se sont rencontrés et d’un commun accord nous avons souhaité informer le plus grand nombre de personnes possible des changements qui se dessinent pour nos paroisses et l’ensemble de notre diocèse dans les années à venir.

Au cours des prochaines semaines, nous publierons une série de communiqués dans le journal paroissial et sur le site internet de la paroisse. Vous trouverez aussi des articles dans les journaux locaux.

Nous souhaitons ainsi associer toutes les personnes de bonne volonté dans notre réflexion sur la façon de faire Église autrement tout en nous recentrant et en nous unissant autour de la mission que le Christ a confiée à chacun et chacune de nous.

Ceci est le 1er communiqué d’une série de 4. 

 L’Église d’aujourd’hui au Québec :

 Depuis plusieurs années, les conditions sociologiques ont changé et exercent une pression sur l’Église dans sa façon de remplir le ministère pastoral pour le service de la mission. L’Église catholique a perdu beaucoup de ses appuis traditionnels dans la culture et la société québécoises.

Dans son histoire, l’Église a connu plusieurs périodes de bouleversements où elle a été appelée à se redéfinir pour se renouveler. Présentement, notre Église est invitée à prendre un tournant important pour réagir au contexte actuel. Il est bon de nous rappeler qu’un tournant sur notre chemin n’est jamais la fin de la route quand nous savons bien le prendre.

 Une commission diocésaine :

 Pourquoi?

 Le 6 avril 2016, Mgr Pierre Morissette mettait en place une Commission diocésaine. Le mandat confié à ce groupe était de rechercher des pistes pour l’annonce de l’Évangile dans notre milieu et de proposer les changements concrets qui s’imposent à nous pour y arriver.

Pourquoi penser à faire autrement ?

 Pour plusieurs raisons : le très faible taux de participation des catholiques à la messe du dimanche (moins de 2 %); la difficulté financière de plusieurs paroisses; le grand nombre d’églises à entretenir; le nombre peu élevé de prêtres et d’agentes-agents de pastorale et leur vieillissement. Ces faits nous commandent de faire autrement.

 Est-ce vraiment urgent de « faire autrement »?

 Oui, parce que compte tenu de la situation financière des paroisses nous allons vers la faillite. Ceci met en péril la transmission de la foi en Jésus Christ pour les générations à venir.

 

Ceci est le 2e communiqué d’une série de 4. 

La commission diocésaine et moi

Qu’a fait la Commission jusqu’à présent ?

Les membres de la Commission se sont d’abord informés de la situation afin de bien saisir les problématiques et les enjeux. Puis ils ont organisé des journées de réflexion afin de demander l’opinion de croyants et de gens engagés.

En quelques mots, quelles sont les propositions principales qui sont ressorties de ces journées ?

  Pour dire les choses très simplement, les propositions qui ont rejoint le plus de monde sont les suivantes :

  • La mission, c’est-à-dire, annoncer Jésus Christ, doit être première;
  • Il est grand temps d’agir;
  • Il est important de travailler ensemble.

 

Où tout cela va-t-il nous mener ?

 Vers le changement ! Des changements dans la structure paroissiale, des changements dans les activités pastorales, des changements dans nos dépenses, des changements dans nos lieux de culte, etc.  Eh, oui ! Des changements à plusieurs niveaux doivent être envisagés.

  En quoi cela me concerne-t-il personnellement ?

  Comme personne croyante et pratiquante, chacun, chacune a un rôle à jouer :

  • Faire confiance… à ceux et celles qui ont la charge du peuple comme nous le disons chaque dimanche à l’eucharistie;
  • Prier… pour que l’annonce de Jésus Christ se poursuive et reste prioritaire;
  • Discerner… honnêtement les changements qui arriveront;
  • Éviter… le syndrome « pas dans ma cour »;
  • Participer… en donnant mon opinion poliment et respectueusement;
  • M’impliquer bénévolement… dans ma paroisse, selon mes forces et mes capacités, afin d’apporter ma contribution même modeste à ce moment crucial de notre histoire.

 

Ceci est le 3e communiqué d’une série de 4. 

Les changements envisagés actuellement

 L’ensemble des réflexions des membres de la Commission et de plusieurs participants  a démontré qu’il faut soulager nos structures pour être plus libres de vivre et de réaliser la mission de l’Église.

Compte tenu de la situation financière des paroisses, afin de pouvoir réaliser la mission qui est la sienne et continuer à mettre en œuvre les changements nécessaires, le diocèse de Saint-Jérôme envisage actuellement de réduire à 21 le nombre de lieux de culte, de formation et de rassemblement sur l’ensemble de son territoire. Cela aura des répercussions dans toutes les paroisses du diocèse et entraînera des changements.

En juin dernier, les membres de la commission diocésaine ont soumis une proposition à chacune des zones du diocèse de Saint-Jérôme.  Notre zone (la zone de Saint-Eustache) comprend actuellement cinq paroisses dont une anglophone : Sainte-Marie-Madeleine, Saint-Eustache, Holy Family, Saint-François-d’Assise et Sainte-Marie-du-Lac. L’ensemble de ces cinq paroisses offrent présentement douze lieux de culte.  La proposition qui nous a été soumise serait d’avoir deux paroisses, trois lieux de culte et deux lieux de formation pour l’ensemble de la zone de Saint-Eustache. Voilà l’hypothèse que la Commission nous invite à travailler.

Dans notre zone, les paroisses concernées se sont donné l’objectif de bâtir ensemble un projet, à proposer à la Commission diocésaine, en réponse à l’hypothèse de travail qu’elle nous a soumise. Nous nous sommes donné une démarche de réflexion qui devra nous amener à des rencontres publiques au début de l’automne.

La mission de l’Église est d’être témoin de la Bonne Nouvelle que Jésus nous a offerte, de participer à la construction du Royaume et de faire connaître Jésus Christ.  Notre énergie ne devrait-elle pas être mise à répondre à cette réalité au lieu de nous épuiser à conserver nos nombreuses bâtisses?

Ceci est le 4e communiqué d’une série de 4. 

La démarche de réflexion de zone

 La démarche de réflexion dans laquelle les membres de la zone de Saint-Eustache se sont engagés pour faire suite à  la proposition des membres de la Commission diocésaine s’articule autour des étapes suivantes :

  1. Réalisation d’un plan de communication;

 

  1. Travail préliminaire de collecte d’informations sur l’état de la situation actuelle dans chaque communauté;

 

  1. Établissement des critères devant guider le choix de l’hypothèse de travail;

 

  1. Analyse de l’hypothèse proposée par le diocèse à la lumière des critères retenus et identification des ajustements requis le cas échéant;

 

  1. Présentation à la commission diocésaine.

 

 Rencontres publiques

 Dans le cadre de cette démarche, des rencontres publiques seront organisées. Celles-ci auront pour but de réfléchir ensemble sur l’avenir de nos paroisses, la pertinence de tous nos lieux de culte et les façons de faire Église autrement en nous recentrant et en nous unissant autour de la mission confiée par le Christ.

Cette démarche  s’adresse à l’ensemble de la population de nos paroisses.  En ce sens, si elle concerne l’équipe pastorale, les laïcs engagés bénévolement en Église, les personnes qui participent aux différentes célébrations, les communautés religieuses et les organismes avec lesquels nous sommes partenaires, elle concerne aussi ceux et celles qui ont pris une distance par rapport à l’Église, voire la population en général et ses élus aux différents paliers gouvernementaux.

Un projet élaboré avec le plus grand nombre de personnes du milieu sera ensuite présenté à la commission diocésaine. Nous vous invitons à participer aux différentes rencontres. Les dates et lieux vous seront transmis très bientôt.

 D’ici là, ouvrons-nous à  l’Esprit Saint afin qu’il nous éclaire et que nous trouvions le courage et l’audace de faire Église autrement. 

*À lire dans un prochain communiqué qui paraîtra après les rencontres :

La présentation des résultats de la réflexion de zone et échéancier

Je vous invite à poursuivre votre réflexion personnellement et avec d’autres personnes de votre entourage. En tout temps, vous êtes invités à me faire connaître vos commentaires, par courriel à nycole@st-eustache.qc.ca ou de vive voix après mon retour de vacances la première semaine de septembre.       Nycole Pepper